Home » Orphée et les Chrétiens, II : Pourquoi Orphée ? La réception du mythe dOrphée dans la littérature chrétienne grecque des cinq premiers siècles by Fabienne Jourdan
Orphée et les Chrétiens, II : Pourquoi Orphée ? La réception du mythe dOrphée dans la littérature chrétienne grecque des cinq premiers siècles Fabienne Jourdan

Orphée et les Chrétiens, II : Pourquoi Orphée ? La réception du mythe dOrphée dans la littérature chrétienne grecque des cinq premiers siècles

Fabienne Jourdan

Published June 16th 2011
ISBN : 9782251181110
Paperback
478 pages
Enter the sum

 About the Book 

Dans le Protreptique, Clément dAlexandrie dépeint le Christ comme un nouvel Orphée et transforme par là le chantre thrace en préfiguration de son Seigneur. Sa démarche est unique: de tous les auteurs chrétiens du début de notre ère, il est le seul àMoreDans le Protreptique, Clément dAlexandrie dépeint le Christ comme un nouvel Orphée et transforme par là le chantre thrace en préfiguration de son Seigneur. Sa démarche est unique: de tous les auteurs chrétiens du début de notre ère, il est le seul à proposer un tel rapprochement, et ce afin dinviter les païens à embrasser la religion nouvelle. Ses pairs ne manquent pourtant pas de citer Orphée et les poèmes qui lui sont attribués. Quels buts poursuivent-ils? Cest à cette question que le deuxième tome dOrphée et les Chrétiens tente de répondre. Il examine pour cela systématiquement comment les auteurs chrétiens des cinq premiers siècles traitent du personnage et de son œuvre. Se dégagent ainsi trois attitudes polémiques non exclusives: pour les uns, il sagit de sattaquer directement au poète et à ses vers en vue de dénoncer le paganisme et ses émules hétérodoxes- pour dautres, au contraire, de les mettre en valeur, mais toujours afin de discréditer les traditions grecques- pour un dernier groupe, enfin, de les présenter comme de véritables modèles qui chantent en accord avec le message biblique autant quavec la pensée « droite ». Louvrage montre la manière dont les textes chrétiens associent ces trois attitudes et interroge les raisons du choix dOrphée, plutôt que dun autre poète théologien, à la fois comme cible privilégiée des invectives contre le paganisme et comme modèle idéal de conversion.